LA NASA perd ses archives – Mystère de Kecksburg

La NASA vient de perdre dans son affaire l’opposant à la journaliste Leslie Kean concernant la violation du principe de liberté de l’information. La journaliste travaillait depuis plusieurs années sur « l’incident de Kecksburg » (Pennsylvanie).

Un rappel des faits : le 9 décembre 1965, vers 16 h 30, plusieurs centaines de témoins répartis sur trois Etats américains (Michigan, Ohio et Pennsylvannie) ainsi qu’au Canada aperçurent une boule de feu suivie d’une trainée de vapeur traverser le ciel sur un  axe nord-ouest/sud-est. Plusieurs pilotes, en vol au moment des faits, aperçurent également le phénomène et parlèrent d’onde de choc ressentie à proximité de l’objet. La trainée de vapeur persista plus de 20 minutes après le passage de l’objet (elle fut d’ailleurs filmée et photographiée par de nombreux témoins).

Quelques minutes plus tard, à 16 heures 45, deux enfants qui jouaient dans un bois, à côté de la petite ville de Kecksburg (Pennsylvanie) virent un objet lumineux s’écraser au milieu de la forêt et mettre le feu aux arbres alentour. Immédiatement ils rentrèrent au domicile familial racontèrent l’histoire à leur mère qui prévint la police et les pompiers. Alors que les forces de police ainsi que les pompiers arrivaient juste sur le site, un escadron militaire de la base de Lockbourne (ohio) se présenta sur les lieux, prit le contrôle de la zone et intima l’ordre à toutes les personnes présentes (pompiers, policiers ou civils) de partir immédiatement. Peu de temps après, le responsable du détachement militaire prévint les autorités locales qu’ils n’avaient rien trouvé sur le site et l’escadron repartit. On retrouva quelques débris métalliques à Lapeer (Michigan). La thèse officielle, à l’époque des faits fut celle de la chute d’une météorite qui se désintégra au moment de l’impact. La NASA affirme aujourd’hui qu’il s’agissait d’un satellite russe.

En janvier 1980, l’enquêteur Ufologue Clark McLelland a interviewé le chef auxiliaire des pompiers de Kecksburg, James Mayes, et Melvin Reese, un autre pompier. Ils signalèrent tous deux que leur équipe s’était approchée à soixante mètres de l’objet. Ils avaient repéré l’objet parce qu’il s’était taillé son chemin en cassant les arbres.

Mayes expliqua comment les militaires dressèrent un cordon de sécurité autour des bois et établirent une base provisoire complète incluant les télécommunications. Le chef des pompiers Robert Bitner confirma plus tard cette histoire. Il a également dit qu’il avait vu un objet d’un mètre quatre vingt de large et quelque cinq mètres de long. Sa position sur le sol laissait clairement supposer que l’objet avait effectué un atterrissage à l’horizontale. Un autre officier du feu, Peter, a indiqué qu’il avait vu un anneau de butoirs autour de l’objet portant ce qu’il décrit comme étant des pictogrammes. De souche Polonaise, il pouvait lire le Russe et déclara que ça n’en était pas, infirmant ainsi la thèse d’une récupération de satellite soviétique.  Après que la série TV  » Les Mystères non résolus » eut traité cette affaire à la télévision américaine, deux nouveaux témoins se manifestèrent. L’un était officier à l’US air force de Lockbourne (Ohio). Il affirmait que, dans les premières heures du 10 décembre, un camion était arrivé par la porte arrière de la base, peu utilisée, pendant qu’on lui ordonnait de  patrouiller tout autour et de tirer sur quiconque tenterait de s’en approcher. Le camion était plat avec une grande bâche de protection qui recouvrait un objet conique. Il se serait ensuite rendu à la base de Wright Patterson, base réputée pour entreposer des débris de soucoupes volantes crashées.

L’autre témoin est un entrepreneur du bâtiment à qui on demanda deux jours plus tard de livrer 6500 briques spéciales dans un hangar à l’intérieur de Wright Patterson. Quand il jeta un oeil à l’intérieur du hangar, il vit un dispositif en forme de cloche, posé là, d’une hauteur de 4 mètres. Plusieurs hommes portant des tenues anti radiations blanches inspectaient l’objet. En l’escortant au dehors, on lui expliqua qu’il venait de voir un objet qui ne serait pas connu du public avant une vingtaine d’années.

Voilà pour les faits.

Début 2002, John Podesta (ancien conseiller du président Bill Clinton) et Leslie Kean (journaliste indépendante) portèrent l’affaire en justice au nom de la loi sur la liberté de l’information dans le but d’obliger le gouvernement à publier les documents dont il disposait sur cette affaire. En décembre 2005, une décision  de justice fut rendue et le porte parole de la NASA annonça que « le gouvernement avait en fait récupéré à Kecksburg les restes d’un satellite russe mais que tous les documents d’époque avaient été  égarés au début des années 90 ». Une deuxième action en justice est en cours afin d’en savoir plus sur la disparition des documents.

Le second procès eu lieu en octobre 2007. On admit que deux boites de documents concernant l’affaire de Kecksburg avaient disparu. Le 26 de ce mois, la NASA accepta de chercher plus loin dans ses dossiers après en avoir reçu l’ordre par la cour. « Je comprend la frustration des plaignants car je suis moi-même frustré dans cette affaire » déclara le juge Emmet Sullivan, tout en qualifiant les anciennes recherches de la NASA « d’histoires à dormir debout ! »

Fin mai 2008 Leslie Kean ereçoit 297 boîtes de documents. Ce lot comprend des plans de sauvetage et de récupération de l’US Navy, des photographies orbitales ainsi que des données concernant les tirs de fusées soviétiques de 1963 à 1965. D’autres documents décrivent des contacts entre le minitère de la défense et la NASA. Enfin ils révèlent avoir effectué une récupération de matériel, puis fait analyser  ces objuets par leurs scientifiques. Hélas, les archives concernant l’étude de ces matériaux ont été perdues dans les années 90…

Article NEXUS septembre/octobre 2008

source :http://english.pravda.ru/science/mysteries/105643-0/

2 Responses to LA NASA perd ses archives – Mystère de Kecksburg

  1. azam pierre dit :

    Bonsoir, après lecture de cet article, le voile du secret le plus total est de mise.
    Donc l’armée, la CIA, le FBI et bien d’autres organisations plus ou moins secrètes, savent la vérité (voire connivence avec ailleurs).
    Trop d’enjeux sont en cause.

  2. […] de planéte choc. Le  Mystère de Kecksburg évoqué ici même est présenté dans ce reportage mais aussi l’affaire de […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :