Les Pyramides en France

Lorsqu’on parle de pyramides, on évoque pratiquement toujours l’Egypte,  après la Chine, les pays d’Amerique du sud, voici un article du site aliensmania qui concerne les pyramides en France :

Une Pyramide en Bretagne !

Le sujet peut prêter à rire pour des personnes qui ne sont pas sensibilisées au sujet. Comment imaginer que partout sur terre, à notre époque, il puisse exister des pyramides non encore découvertes, parce que soit cachées, soit maquillées historiquement en d’autres choses.
Depuis longtemps, je passe mes vacances en Bretagne, plus d’une fois je suis passé à côté de ce cairn de Barnenez, plus d’une fois j’ai eu envie mais pas le temps de le visiter. C’est pourquoi, quand la rumeur que ce monument mégalithique bien connu était en fait une pyramide à étages m’est venue aux oreilles, il a fallu que j’aille me rendre compte par moi-même.
C’était en effet pour moi l’occasion inespérée et à moindre frais, c’est-à-dire tout juste cinq euros, d’avoir enfin devant mes propres yeux une preuve de ce que j’avance. Le cairn de Barnenez est considéré par tous les historiens spécialistes de la question, comme tous les monuments anciens de notre planète d’ailleurs, comme un énorme monument funéraire dédié aux chefs des peuplades de l’époque.

Il est situé sur une petite colline rocheuse, sur la commune de Plouézoc’h, à côté de Morlaix dans le Finistère nord, il surplombe les environs, et toute la baie de Morlaix.
Toujours d’après les historiens, sa construction remonterait entre 4500 et 3900 ans avant Jésus-Christ. Datation effectuée d’après les outils en silex, poterie, et autres morceaux de bois retrouvés au fond des « chambres funéraires ».

La première chose qui frappe quand on accède au monument par le petit chemin, c’est la différence entre les deux premiers étages et l’étage supérieur dans l’empilement des pierres. Cette différence est bien entendue due au pillage des pierres du monument par la population locale, et surtout d’un entrepreneur de travaux publics, qui avait racheté le monument en 1954 pour s’en servir de carrière. Fort heureusement, le pillage a rapidement cessé quand la communauté scientifique s’est émue de ce fait.

D’abord considéré comme un tumulus, le cairn s’est naturellement et progressivement recouvert de végétation jusqu’à se fondre dans le paysage breton. Il a été découvert, nous dit-on, vers 1780 et représenté dans le cadastre Napoléonien. C’est en 1850 qu’il devient tumulus, en 1954 qu’il se fait dépouiller, et l’on se doute qu’il a dû en être ainsi bien avant cette date. Mais à partir de 1955 jusqu’en 1968, des fouilles archéologiques sont entreprises, permettant ainsi de retrouver quelques objets du néolithique, ainsi que des dessins dont nous traiterons plus loin. C’est à partir de ces fouilles qu’il a été décidé de restaurer le monument. Restauration est un bien grand mot quand on voit de la manière dont cela a été fait. Il est évident, même pour un non spécialiste, qu’il existe une immense différence entre l’empilement original des pierres du monument et l’enchevêtrement de celles de la partie restaurée. C’est sans doute là la preuve que ce genre de monument est peut-être beaucoup plus pensé et travaillé et beaucoup plus difficile à réaliser que ce que l’on veut bien nous en dire.

La deuxième chose que l’on voit, cette fois-ci en faisant le tour du monument, et qu’il n’y a pas qu’un, mais deux cairns. En effet, il existe un cairn appelé « cairn primaire », le plus ancien, construit sur un replat du terrain, et un second appelé « cairn secondaire » construit et adapter suivant la pente de ce même terrain.
Ces deux ensembles qui se touchent expliquent la forme allongée du monument, lointaine d’une pyramide classique, et font une longueur totale de 72 mètres. La hauteur actuelle est de 6 m. La hauteur estimée du monument est officiellement de 8 à 9 mètres.
Les deux cairns donnent accès sur la partie sud du monument à 11 « chambres funéraires » dont l’accès se fait chacune par un petit couloir de la longueur varie de cinq à 14 mètres de long. Bien entendu, 9 des 11 accès ont été murés par le centre des monuments nationaux par mesure de sécurité. Deux sont encore accessibles jusqu’aux « chambres funéraires » découvertes à l’air libre lors du pillage du monument. Il est d’ailleurs assez intéressant de voir que toutes ces pièces ont été construites de manière différente, fruit de techniques différentes qui sont généralement synonymes d’époques différentes, un peu comme si l’on avait voulu exposer ces différences de savoir faire.
Il est à noter aussi que deux sortes de roches ont été utilisées. La première partie construite avec de la dolérite locale et la deuxième avec du granit clair d’une carrière située à 2 kilomètres de là.
Malgré les commentaires de qualité de la part des guides du centre, il apparaît certaines contradictions pendant la visite du site.
La première quand au nombre d’ouvriers nécessaires à la construction de l’ouvrage, où l’on s’entend dire qu’à cette époque « glaciaire » la population de la région était nombreuse et que donc la main-d’oeuvre ne manquait pas.
La deuxième contradiction concerne la hauteur des couloirs d’accès. Pourquoi des couloirs si petits alors qu’il n’existait aucune contrainte technique pour les réaliser à taille humaine.
La dernière contradiction, qui n’est pas des moindres à mon avis, concerne les « dessins
» retrouvés sur les pierres dans les cairns : les guides nous expliquent que ces dessins répétitifs et commun à d’autres dans d’autre sites néolithique ne sont en aucun cas des formes d’écriture puisque la première forme d’écriture connue est beaucoup plus tard chez les sumériens. Désolé ! Si un symbole unique se répète en plusieurs endroits différents, il veut bien dire la même chose et est donc une forme primitive d’écriture !
Voici les différents dessins retrouvés au cairn de Barnenez :

-L’idole à chevelure rayonnante

-Signes corniformes

-Représentation d’arcs et de haches
-Symboles en s

Autre chose remarquable, commune à beaucoup de sites mégalithiques et aussi à toutes les pyramides du monde, lors du solstice d’hiver et malgré le léger décalage des couloirs des chambres, au lever du soleil, les rayons viennent frapper la pierre de chevet du dolmen.

Conclusion :

Personnellement, Barnenez est pour moi une preuve de plus que l’histoire simplifiée de l’humanité telle qu’on veut bien nous la raconter est fausse. Je vois mal une peuplade déplacer sur des kilomètres 7.OOO m3 de roches, soit 14.000 tonnes sans aucune technologie et les empiler de si façon parfaite que l’édifice est debout pour longtemps encore alors qu’à cette époque la survie était un combat de tous les jours. Pas plus que des milliers d’égyptiens gaspiller leur temps précieux à bâtir une pyramide, même pour Pharaon, le tout pendant au moins 100 ans au lieu de cultiver leurs champs, à moins qu’ils n’aient eus le temps et des moyens adéquats pour le faire…

Si vous en avez l’occasion, venez par vous-même vous rendre compte de l’atmosphère spéciale du site. Le trouble et les questions qui se posent devant ce cairn sont une expérience inoubliable, et vous pourrez vous rendre compte par vous-même de la forme pyramidale de l’ensemble…

LA PYRAMIDE DE FALICON


La pyramide de Falicon est un monument antique situé près de la ville de Falicon, sur la Côte d’Azur, à coté de Nice. Elle est construite au-dessus d’une caverne karstique connue sous le nom de caverne des Battes.

La pyramide est construite avec des petites pierres de forme irrégulière, possède un angle assez aigu d’inclination, elle est en ruine… Tandis que la partie haute à disparue, la partie inférieure est encore en bon état.

Le but et les origines de la pyramide sont inconnus, bien qu’on l’ait suggéré qu’il ait pu avoir été construite par des légionnaires romains impliqués dans un sombre culte voué à l’Egypte ancienne.

Le nombre d’escaliers menant dans la caverne au-dessous de la pyramide correspond également aux 7 niveaux rituels du culte de Mithras, une religion orientale qui était très populaire chez les membres de l’armée romaine pendant le dernier empire.

LA PYRAMIDE DE TOURVES

La pyramide de Tourves dans le Var construite dans les années 1770 pour le Comte de Valbelle. Elle abritait une momie en marbre polychrome… Monsieur le comte était initié à la franc-maçonnerie selon le rite égyptien…

D’ AUTRES PYRAMIDES FRANC-MACONNES EN FRANCE, EN VRAC…

Mauperthuis en seine et marne(77)…

Dans le parc Monceau, Paris (75017)…

La pyramide du Louvre, Paris (75001)…

A SUIVRE?..

source

Publicités

8 Responses to Les Pyramides en France

  1. Arnaud dit :

    Bonjour,

    Ces ouvrages devraient vous passionner si vous ne les avez pas déjà lu :
    – Deruelle ! l’atlantide des MEgalithes
    http://doggerbank.org/
    – Sylvain Tristan : Atlantide le premier empire européen

    Je viens de lire le 2ème, assez spéculatif mais pas mal du tout.
    Vous devez connaître reopen911 vous ?

    Cordialement,

  2. Era dit :

    Bonsoir Arnaud, merci pour les infos 🙂

    • ID naze dit :

      Si je comprend bien « l’archeologie officielle « ,c’est comme par exemple, le dogme de la terre plate que tout le monde connait ?
      C’est vrais que les sèctateurs avaient fait de grande etudes pour aprendre a manipuler les dindons et prendre l’OR et l’ Argent ,je crois ? :->
      Bye.

  3. Bilto dit :

    Internet est à la connaissance ce que l’épée est à Damoclès. Par les miracles de la technologie, des historiens et des archéologues voient leurs années de formation et d’expérience et leurs expertises reléguées au même rang que les brèves précipitées de citoyens honnêtes mais incultes à l’imagination débordante.

  4. ID naze dit :

    et oui, c’est comme les expèrts qui font des remarques sur des travaux dont ils n’ont aucune connaisance .Ils ne connaisent pas les raisons qui ont motivées de tels montages qui choquent les profanes,je crois ?
    Dans le sujet de l’archéo,il y a sur Wiki Strike,un article sur le LIban.
    Des fouilles auraient ete gelées pour pouvoir construir dessus si j’ai bien compris .Ce n’est que le port de Beyrouthe du V em siecle avant notre ere,avec sa fortification .
    Gelé en attendant le changement de proprietaire aprés la guerre surement ?
    C’est peut etre mepriser les archéos ?
    Pour ma part, je n’ai pas eu souvent l’occasion de profiter des connaisances pourtant trés interessantes des archéologues.
    Du meme toneau, les guerres qui detruisent les réalisations des travaileurs ,pour la simple raison qu’il faut reconstruir pour faire marcher les affaires des riches banquiers et se debarasser des surnumeraires ,je crois . 😀
    De qui etre surpris si on est un honète citoyen surement ?
    A partir de là, lorsque l’on a compris ce que vaut la société, ,il me semble qu’il est difficile de rèspècter les « institutions » ,il me semble ?
    Bye.

  5. Anne dit :

    Bonjour,
    ce qui est appelé « Déesse à la chevelure… » à Barnenez ressemble beaucoup à un dessin de lignes d’énergie (électro-magnétique) qui ressort de la pierre. Tout comme sur les Menhirs de Gavrini pour ceux qui connaissent.

  6. jean dit :

    Les pyramides ne sont pas uniquement qu’en Bretagne ou en Egypte.. en voila une preuve sur ce lien

    http://www.islam-2012-newworldorder.com/science/page1.html

    Il paraîtrait d’après les fouilles archéologiques qu’il y en avait aussi dans le pacifique près de l’île Okinawa pas loin du Japon, de même que dans l’Atlantique, puis en Chine dans la région du Xianjiang mais aussi en Inde… et elles dateraient de plus de 10 000 ans

    Et quand je pense a pyramides, je pense a esclavage puis censure et dictature…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :