Pétrole abiotique et non fossile

03/09/2010

Source : http://www.diatala.org/article-12938617-6.html

Une théorie Russe datant de cinquante ans sur l’origine abiotique et non fossile du pétrole et du gaz remet en cause l’enseignement traditionnel. Les théories étasuniennes sur l’origine des ressources naturelles seraient, une absurdité non scientifique, qui demeure à ce jour, improuvable. Ces recherches et ces expertises si elles sont avérées et applicables bouleverseraient l’économie mondiale et changeraient les rapports de domination dans le futur.


Par F. William Engdahl

Fossiles intellectuels ?
L’école du pic pétrolier appuie sa théorie sur les manuels occidentaux conventionnels de géologie, la plupart écrits par des géologues états-uniens ou britanniques, qui affirment que le pétrole est un « combustible fossile », un résidu ou un détritus biologique des restes fossilisés de dinosaures ou peut-être d’algues, signifiant par le fait même un produit dont l’approvisionnement prendra fin. L’origine biologique est centrale à la théorie du pic pétrolier qui est utilisée pour expliquer pourquoi le pétrole est découvert seulement dans certaines régions du monde où il s’est géologiquement emprisonné il y a des millions d’années. Cela signifierait par exemple que les restes de dinosaures morts ont commencé à être compressés et qu’au cours d’une période de 10 millions d’années, ils se seraient fossilisés et se seraient emprisonnés dans des réservoirs souterrains de peut-être 4000 à 6000 pieds (1 à 2 Kms) sous la surface de la terre. Dans des rares cas, ainsi le veut la théorie, des quantités énormes de matière biologique devraient avoir été emprisonnées dans des formations de rocs situées dans les hauts-fonds océaniques telles que dans le Golfe du Mexique, la Mer du Nord ou le Golfe de Guinée. La géologie devrait uniquement tenter de comprendre l’endroit où ces poches dans les couches géologiques, appelées des réservoirs, se trouvent à l’intérieur de bassins sédimentaires spécifiques.

Une théorie complètement différente sur la formation du pétrole est apparue en Russie au début des années 50 et elle demeure pratiquement inconnue en Occident. Elle affirme que la théorie conventionnelle états-unienne sur les origines biologiques est une absurdité non scientifique qui demeure improuvable. Ils indiquent que les géologues occidentaux ont prévu à plusieurs reprises la fin du pétrole au cours du siècle dernier, en attendant d’en trouver plus, encore plus.
Lire la suite »


Explosion d’une plate-forme pétrolière au sud de la Louisiane

02/09/2010

Source : http://www.letelegramme

Une plate-forme pétrolière a explosé cet après-midi dans le golfe du Mexique, près de 130 km au sud de Vermilion Bay, au large de la Louisiane. Treize personnes se sont retrouvées à l’eau, mais toutes ont été repérées par les garde-côtes. On ignore pour l’heure s’il existe un risque de pollution.

La plate-forme a explosé vers 9 h 30 (heure locale). Le site bloomberg.com, qui cite un officier des garde-côtes annonce qu’il s’agit d’un équipement appartenant à la compagnie Mariner Energy Inc.

Selon la même source, sept hélicoptères, deux avions et quatre vedettes des garde-côtes ont fait route vers le lieu de l’explosion.

D’après le site d’information de la BBC, 13 personnes se seraient retrouvées à l’eau. CNN précise que l’une d’entre elles serait blessée mais que toutes auraient été repérées par les garde-côtes et porteraient des combinaisons de survie.

En ce qui concerne un éventuel risque de pollution, peu d’informations ont filtré pour l’heure. Selon les premiers éléments publiés sur les sites internet américains, la plate-forme n’était pas en phase d’extraction, ce qui limiterait les conséquences éventuelles sur l’environnement.

La catastrophe a été signalée par un hélicoptère commercial qui survolait la zone dans la matinée.

Cette explosion intervient quatre mois après l’explosion de Deepwater Horizon qui avait provoqué la pire marée noire de l’histoire des Etats-Unis.


Le plus grand désastre écologique de l’histoire

20/07/2010
Si rien n’est fait, le désastre pétrolier de BP peut ravager l’Europe
Rense.com, F. William Engdahl, 10 juin 2010
Le régime Obama et les hauts responsables de BP s’affairent frénétiquement, non pas à arrêter le pire désastre pétrolier du monde, mais à cacher l’ampleur réelle de la catastrophe écologique. Des chercheurs expérimentés nous disent que le forage de BP a touché l’une des voies de migration du pétrole et que la fuite pourrait perdurer des années, à moins que des mesures décisives soient prises, quelque chose qui semble très éloigné de la stratégie actuelle.
Lors d’une discussion récente, Vladimir Kutcherov, professeur à l’Institut royal de technologie de Suède et à l’université pétrolière et gazière de l’État russe, a prédit que l’actuel déversement de pétrole qui inonde le rivage zunien du Golfe du Mexique « pourrait durer des années et des années pendant de nombreuses années. » (1) Lire la suite »

A-t-on besoin du pétrole extraterrestre?

04/07/2010

29/10/2008
Par Andreï Kisliakov, RIA Novosti

Les scientifiques de l’Observatoire d’Edimbourg ont supposé avec optimisme que, si l’on en croit les dernières données sur la composition chimique des étoiles de notre galaxie, la Voie lactée pourrait contenir entre 300 et 38.000 civilisations hautement développées, potentiellement capables d’établir des contacts avec la Terre.

Mais si la génération actuelle ne pourra sans doute assister à une éventuelle poignée de main entre Terriens et extraterrestres, on peut tout de même se réjouir dès aujourd’hui de la quantité de réserves spatiales de minéraux utiles qui sont à découvrir. Mais peut-on sérieusement compter sur ces trésors?

Au début de l’année, des informations sont apparues selon lesquelles la sonde américaine Cassini avait découvert sur Titan, le plus grand satellite de Saturne, des réserves de pétrole et de gaz cent fois supérieures à celles de notre planète. Des clichés effectués par la sonde avaient précédemment confirmé que les conditions sur Titan étaient bien proches de celles de la Terre: il y pleut, et il y neige parfois. Il n’y a donc rien d’étonnant dans la découverte faite par Cassini, pourrait-on penser. Au passage, cette information aidera les scientifiques à expliquer l’origine de la vie sur Terre. Lire la suite »


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 160 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :