Une météorite étrange avec du quasicristal naturel analysée

 

Un échantillon de roche contenant quasicristaux découverts dans les montagnes Koryak en Russie. CREDIT: Paul Steinhardt, Princeton University

Un échantillon d’un cristal bizarre, autrefois considéré comme contre-nature est peut-être arrivé sur Terre il y a 15.000 ans, après avoir fait du stop sur une météorite, selon une nouvelle étude.

La recherche renforce la preuve que cet étrange "quasi-cristal" est d’origine extraterrestre.

Le modèle d’atomes dans un quasi-cristal est loin de l’arrangement parfaitement régulier dans les cristaux. Jusqu’en Janvier, tous les quasi-cristaux connus étaient artificiels. " Beaucoup ont pensé qu’il fallait qu’il en soit ainsi, parce qu’ils pensaient que les quasicristaux sont trop délicats, trop enclins à la cristallisation, pour se former naturellement " a dit le chercheur Paul Steinhardt de l’université de Princeton à LiveScience à l’époque.

Ensuite, les chercheurs ont annoncé la présence d’un quasi-cristal naturel dans une météorite trouvée dans les montagnes Koryak de la Russie. Cette météorite a été conservée dans un musée en Italie. ce mois-ci, lors d’une expédition sur le site où il avait été trouvé en Russie, Steinhardt et ses collègues ont trouvé plus de ces échantillons naturels de quasicristaux pour l’analyse.

Mystérieuse matière

Les Quasicristaux ont d’abord été synthétisés dans un laboratoire en 1982 en Israël par le chimiste Dan Shechtman, dont le travail a remporté le prix Nobel de chimie en 2011. Les Cristaux réguliers sont constitués de grappes de répétition régulière des atomes arrangés en symétries particulières. Les Quasicristaux sont ordonnés, aussi, mais ils ne vont pas exactement se répéter. Si les cristaux réguliers sont comme des tuiles de salle de bains ennuyeuses, les quasicristaux sont comme des mosaïques de tuiles complexes.

meteorite-quasicrystal.jpg

Steinhardt et ses collègues ont été longtemps à la chasse aux quasicristaux naturels. Ils en ont d’abord vu un en 2008, lorsque l’italien Luca Bindi, minéralogiste du Musée d’histoire naturelle de Florence, a repéré un petit grain quasicristal dans un échantillon de roche dans la collection du musée.

Les chercheurs ont rapporté ce qui a été trouvé dans la revue Science en 2009, puis sont remontés à la roche en Russie. Une analyse du fragment de la roche, publié en Janvier 2012 dans la revue Actes de l’Académie nationale des sciences, a conclu que la roche était une météorite qui a probablement été formée dans le système solaire primitif, il y a plus de 4,5 milliards d’années, avant que la Terre existe. Différentes caractéristiques du quasicristal suggèrent une origine météoritique, y compris les formes des grains et sa composition chimique de cuivre et d’aluminium métallique qui ressemblent à ceux trouvés dans les soi-disant chondrites carbonées. L’analyse des quasicristaux ont révélé qu’ils étaient entremêlés avec des silicates et des métaux cristallins, avec un grain quasicristallin enfermé dans un minéral de silice appelé stishovite.

"le Stishovite est du dioxyde de silicium, le même produit chimique qui donne le quartz et le sable, mais ici, il forme une structure différente qui se produit uniquement à des pressions élevées atteintes dans les collisions de météorites et les impacts », a écrit dans un courriel Steinhardt à LiveScience.

Le fait que l’aluminium métallique a été trouvé dans sa forme non oxydée est également surprenant, puisque ce métal a une forte affinité pour l’oxygène et n’auraient pas pu rester sous cette forme, ici sur Terre, a dit Steinhardt.

" Donc, nous avons appris que des conditions extraterrestres peuvent permettre une phase de la matière qui ne peuvent pas être possible sur Terre, ce qui soulève la question suivante : Quels autres matériaux ont été réalisés dans l’espace, qui ne font pas naturellement partie de la Terre, en particulier, y a-t-il d’autres quasicristaux ? " a dit Steinhardt.

La chasse aux quasicristaux

Maintenant, Steinhardt et Bindi disent dans les rapports périodiques sur les progrès de la physique, que les échantillons de quasicristal se trouvent dans un environnement qui n’aurait pas eu les extrêmes nécessaires pour les créer. Le rapport renforce les arguments que l’échantillon se rendit à terre sur une météorite.

Lors de leur expédition vers les montagnes Koryak, les chercheurs ont également déterminé que les échantillons sont venus sur Terre au cours de la dernière période glaciaire, il y a environ 15.000 ans.

« Le fait que l’expédition a trouvé plus de matière au même emplacement que nous avions passé des années à traquer est une confirmation extraordinaire de toute l’histoire, ce qui est important puisque la météorite est d’un grand intérêt en raison de son âge extraordinaire et son contenu, " a déclaré Steinhardt dans un communiqué.

Le prochain objectif, a dit Steinhardt, est de trouver le secret de la formation des quasicristaux naturels ».

" Qu’est-ce que la nature sait que nous n’avons pas? " a-t-il dit. " Comment s’est formé un quasicristal si parfaitement complexe à l’intérieur d’une météorite lorsque nous devons normalement travailler dur dans un laboratoire pour obtenir quelque chose d’aussi parfait ? Quelles sont les autres nouvelles phases que nous pouvons trouver dans cette météorite, et que peuvent-elles nous apprendre de la naissance du système solaire ? "

" Pour le moment, nous sommes à la pointe de l’iceberg, a ajouté Steinhardt, mais cette découverte suggère que les quasi-cristaux sont beaucoup plus fréquents dans l’univers que nous le pensions ".

cristal-dans-lave-coeur-lipari-italie.jpg jaspe-ocean-madagascar.jpg

Ci-dessus :

Sources : Stephanie Pappas, LiveScience Senior Writer - http://www.livescience.com/22255-quasicrystal-meteorite.html

http://digitaloctober.com/events/knowledge_stream_pol_steynhardt

More evidence for Russian quasicrystal meteorite

An unusual type of rock known as a quasicrystal was found deep in the Russian mountains in 2010—the first known naturally occurring quasicrystal. And the most likely origin of that rock was a meteorite from outer space. Now physicist Paul Steinhardt is back with new evidence that his theory about the origin of that Russian quasicrystal is correct, and that meteorite responsible for its transport likely hit Earth around 15,000 years ago, during the last glacial period. Those findings just appeared in the journal Reports on Progress in Physics, published by the Institute of Physics in England.

Yves Herbo : ceux qui s’intéressent à l’Histoire et à tout ce qui l’entoure, c’est-à-dire les mythes et légendes, ne peuvent s’empêcher (surtout avec les estimations de 15.000 ans) aux légendes des vaisseaux volants, des vimanas et des dieux célestes et de leurs combats aériens… et si ce quasicristal naturel, qui aurait voyagé sur une météorite, n’était pas si naturel que ça non plus ?…

SFH 08-2012

Source : http://yvesh.e-monsite.com/blog/sciences/une-meteorite-etrange-de-quasi-cristal-analysee.html

About these ads

4 réponses à Une météorite étrange avec du quasicristal naturel analysée

  1. merci à vous pour ces infos,fantastiques!

  2. évhémère dit :

    Tout celà est bien étrange, en effet !… Comme certaines recherches ( en Baltique, par ex. …) il serait bien de suivre de façon plus "serrés"" les progrès de la recherche !…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  080 followers

%d bloggers like this: