QUI DIRIGE RÉELLEMENT LA COMMISSION OVNI DE L’ARMÉE DE L’AIR EN ARGENTINE ? QUE FAIT-ELLE ?

Un an après la création de la « Comisión de Estudio de Fenómenos Aeroespaciales » (CEFAE), le journal « Clarín » a publié un article signé par Ezéchiel Viéitez «La Force aérienne enquête sur 23 cas possibles d’ovnis. Certaines de ces observations sont positives » annonce le titre de cet article dans un langage quasi-policier. Qui sait ce que l’on entend par «positif» dans le jargon de l’Armée de l’Air. Peut-être, de dire « phénomènes aérospatiaux » au lieu de « UFO », peut-être qu’ils veulent dire «étranger». Avec ce mot on pourrait exprimer, par exemple: «Ils prétendent qu’à Monte Grande est tombé un objet positif ».

La première annonce est tombée le 22 Décembre 2010 sur le bureau de l’enquêteur de « Telefé Nouvelles » qui rapporte que le commandant Guillermo Daniel Tealdi devrait être nommé à la tête de ce futur organisme d’état.

La cérémonie de fondation du CEFAE s’est déroulée le 26 mai 2011 et le commandant Tealdi a été présenté aux membres de la commission. Mais pour une raison que nous ne connaissons pas « el commodoreTealdi » n’était pas présent parmi les personnalités invitées. Le lendemain, « Clarín » a publié une photo exclusive de l’équipe: Quatre hommes de la Force aérienne avec six civils spécialistes des ovnis, en général favorables à l’hypothèse extraterrestre. Ce sont les défenseurs de la présence fréquente d’ovnis dans des lieux tels que « Capilla del Monte » et de « Victoria ». Ces ufologues sont également intéressés par tout ce qui se rapporte à l’activité des ovnis avec les mutilations de bétail dans les champs. Tout indiquait que c’était le profil des travailleurs civils de la Force aérienne qui était nécessaire à ses besoins.

Maintenant, après une année, le journal « Clarín » est à nouveau l’interlocuteur privilégié et reçoit une nouvelle photo exclusive. Mais remarquons que le groupe qui compose aujourd’hui le CEFAE n’est pas le même. On note la présence sur cette photos de cinq militaires en uniforme (deux officiers et trois soldats), mais pas de civils. Seul le capitaine Mariano Mohaupt était présent sur la première photo.

Une nouveau responsable de la structure a été mis en place il y a moins d’un mois, explique le document, et il a été nommé comme chef de la Commission, le Commandant William Oscar Aloi, qui est diplômé en informatique. On ne dit rien à propos des raisons qui ont conduit à ce remplacement. Le commandant Aloi déclare: «Le CEFAE dispose de 21 professionnels spécialisés et ils ont le pouvoir de collaborer avec d’autres organismes publics». Compte tenu de ce nombre élevé de membres dans cette commission officielle, cela en fait l’organisme spécialisé dans l’étude du phénomène ovni le plus important au monde. Jamais en Argentine on a eu une aussi importante cellule dédiée à la recherche sur le phénomène ovni. Peu de pays ont alloué des budgets aussi élevés dans ce domaine, généralement, ils se limitent au strict nécessaire pour soutenir deux ou trois membres du personnel dédié à l’étude du phénomène ovni. Toutefois, il n’est pas prouvé que ces membres aient une expérience dans la recherche ufologique ou encore qu’ils aient publié des articles scientifiques sur le sujet ou encore sur des thèmes connexes

Photo : Le commandant Aloi, le nouveau chef du CEFAE

La note ajoute que cinq civils qui travaillent avec la commission étaient sur la photo l’année passée, mais nous ignorons qui ils sont. Il est également anormal que ne soit pas mentionné le nom de M. Marcelo Modica, qui était sur la première photo. Plusieurs ufologues ont félicité la commission pour le travail de Marcelo Modica qui est considéré par ces personnes comme étant un expert dans l’analyse photographique.

En somme, la commission dispose d’un personnel « qui évolue au fil des annonces », avec des personnes qui apparaissent ou disparaissent d’une photo à l’autre sans sans aucune explication. On ne retient donc comme seul élément permanant, le capitaine Mariano Mohaupt.

Jusqu’à ce jour, le CEFAE a reçu 102 observations. La plupart ont été identifiées, seuls 23 cas sont encore considérés comme « non identifiés » et font l’objet actuellement de recherches complémentaires. Notons que le comité responsable ne donnera pas de détails parce que c’est, disons, des «informations confidentielles ». La commission a toutefois laissé entendre que l’un de ces 23 cas est très important et qu’il risque de ne jamais pouvoir être identifié, un cas « positif » donc a indiqué le journal.

À propos de cette commission officielle, en une année, elle n’a pas publié un seul rapport technique, elle n’a pas fait état publiquement du cadre méthodologique qu’elle a mis en place pour ses travaux, elle n’a même pas distribué des dépliants publicitaires ou informatifs sur son existence pour lancer des appels aux témoins. En deux mots elle n’a rien écrit, aucun élément ne nous permet à ce jour de pouvoir juger de la qualité de son travail ! Toutefois, on peut considérer que  » Clarin » est un média d’opposition au gouvernement, il est bizarre que la commission ait choisi ce journal pour diffuser en exclusivité ses informations.

Au stade de cette analyse, il faut réfléchir. Si le CEFAE a pour objectif de se maintenir dans le silence en vertu de l’excuse invoquée « informations confidentielles », puis de donner, sans le publier, un jugement définitif sur les observations analysées, jugement qui est peut être non étayé, non documenté et non réalisé dans les règles de l’art, on doit dénoncer cela, car c’est une procédure incorrecte. Il est de notre devoir d’avertir les autorités parce que la recherche sous le sceau du secret dans la question des ovnis mène à la désinformation du public et cette politique a discrédité l’United States Air Force comme on peut le lire dans tous les médias américains depuis 60 ans. En Argentine aujourd’hui on ne peut pas se permettre de glisser vers une telle situation, la liberté et la recherche doivent faire partie de la vie démocratique du pays. Ainsi que nous l’avons déjà mentionné dans nos articles : « Tout d’abord nous sommes des citoyens qui veulent savoir ».

Perito Mario Lupo et le Professeur Ruben Morales ©

Traduction et adaptation : OVNI91 © Publication autorisée sur www.les-repas-ufologiques.com

About these ads

4 réponses à QUI DIRIGE RÉELLEMENT LA COMMISSION OVNI DE L’ARMÉE DE L’AIR EN ARGENTINE ? QUE FAIT-ELLE ?

  1. denez666 dit :

    j’ai envoyer un mail directement au service du :CEFAE leur demandant pourquoi leur silence envers les citoyens ! j’espère avoir envoyer à la bonne adresse et avoir une réponse …! denez666

  2. évhémère dit :

    Quién sabe ?… Mais, manifestement ( comme ailleurs ! ), les militaires veulent « contrôler la situation » et empêcher tout pouvoir aux « bandes de civils » !… En 54, c’est arrivé en France et nous ignorons totalement ce qui s’est produit ensuite !… La chose évoluera réellement quand un service gouvernemental ( ou mixte ) disposera d’un budget conséquent pour garantir son autonomie …

    • GEORGES dit :

      pour exemple,la société savante française,AAAFASSO qui vous dit qu’ils ne peuvent rien vous dire car ce ne serait pas officiel,mais ils le disent quand même a mots couverts,Georges.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 159 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :