Sciences physiques et de la matière: Vers une invisibilité spatio-temporelle… ?

14/01/2011

Source: http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/65574.htm

Une réunion sans fin, une conférence dénuée d’intérêt, un mauvais film… Qui n’a jamais rêvé d’avoir la possibilité de subitement disparaître, devenir invisible ? De la mythologie grecque aux romans de J.K. Rowlings, l’Homme a toujours nourri le secret désir de pouvoir devenir invisible (le casque de Hadès, l’anneau de Gygès…). L’homme invisible, roman publié par H.G. Wells en 1897, mettait en scène un scientifique faisant l’hypothèse qu’il pourrait devenir invisible s’il était capable de changer l’indice de réfraction de son corps, et si son corps n’absorbait pas la lumière. Fiction ou réalité ? Fiction, bien sûr… mais voilà qu’un peu plus d’un siècle plus tard, une équipe de scientifiques britanniques de St Andrews University a mis au point un film flexible permettant de masquer des objets, représentant ainsi un grand bond en avant vers la concrétisation de la cape d’invisibilité de Harry Potter. Au même moment, une autre équipe britannique, de l’Imperial College London, a extrapolé le phénomène de masquage d’objet à celui de masquage d’événement.

La suite


L’Institution of Mechanical Engineers se penche sur le cas Eyjafjallajoküll

14/01/2011

Sciences de l’ingénieur
L’Institution of Mechanical Engineers se penche sur le cas Eyjafjallajoküll

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/65576.htm

Durant les mois d’avril et mai 2010, le trafic aérien européen a été fortement perturbé par l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajoküll et le panache de cendres volcaniques que celle-ci a engendré. Au cours de cette période, ce sont 100.000 vols qui ont été immobilisés et 5 millions de passagers qui ont été bloqués. Le coût induit par cet évènement pour l’économie européenne a été estimé entre 1,5 et 2,5 Md euros. L’importance, notamment économique, des enjeux a amené l’Institution of Mechanical Engineers à publier un rapport dans lequel elle analyse d’un point de vue technique les éléments sous-jacents à la fermeture des espaces aériens, et formule un ensemble de suggestions destinées à minimiser les conséquences de futurs épisodes volcaniques.

Les perturbations du trafic aérien qui ont eu lieu au printemps découlent de la coïncidence de plusieurs éléments. Au moment où l’éruption s’est déclenchée, le Jet Stream, un rapide courant d’air chaud orienté de l’ouest vers l’est, se trouvait à la verticale du volcan, entraînant d’une manière exceptionnellement stable le panache de cendres vers le sud-est, donc vers l’ensemble des espaces aériens européens. Par ailleurs, la situation a été aggravée par la calotte glaciaire de 200 m d’épaisseur sous laquelle le phénomène volcanique a eu lieu. L’écoulement d’eau dans le volcan résultant de la fonte de la glace a augmenté la force de l’explosion, qui est devenue assez puissante pour projeter jusqu’à l’altitude du Jet Stream un panache de cendres hautement abrasives et riches en glace. Enfin, les organes de régulation des vols européens appliquant une politique de tolérance zéro vis-à-vis de la présence de cendres volcaniques dans l’air, les principaux aéroports européens ont été fermés dans les jours suivant l’éruption pour éviter tout risque d’accident.

Dans leur rapport, les membres de l’Institution of Mechanical Engineers dégagent quatre aspects essentiels sur lesquels ils fondent leur analyse d’évènements tels que l’éruption d’Eyjafjallajoküll.

L’émission des cendres et des gaz par le volcan

Les observations et les mesures sur les volcans en éruption sont de manière générale réalisées par des spécialistes du pays concerné. Elles permettent d’estimer les différents paramètres caractérisant le phénomène en cours : la hauteur du panache de cendres, la taille des particules émises, la masse de cendres projetées dans l’atmosphère par unité de temps, etc.

Lire la suite


E. T. : du soupçon à l’intime conviction

14/01/2011


L’astronome Frank Drake n’a rien d’un illuminé. Radioastronome, il est le père de Seti, le très populaire programme d’écoute et de recherche d’éventuels signaux d’origine extraterrestre. Interviewé par Ciel & Espace, à l’occasion d’un bilan réalisé autour du cinquantenaire de cette longue quête, il affirme que des signaux "éphémères" ont été captés et, dit-il, "je soupçonne qu’une petite fraction d’entre eux était d’origine extraterrestre".

Que les choses soient claires : Frank Drake n’affirme pas avoir entendu les conversations d’une autre civilisation que la nôtre, mais "soupçonne" que certains des signaux captés par les radiotélescopes de Seti – des signaux qui ne se sont pas répétés et qui ont été enregistrés, alors que l’antenne du radiotélescope visait plusieurs étoiles dans le "faisceau" – ont une origine extraterrestre.

Ces émissions auraient été entendues par hasard dans le ciel, mais non localisées, et ce, au milieu d’un bruit de fond généré par le tintamarre électromagnétique de la Terre. Frank Drake prend-il ses désirs pour des réalités ? Sans aucun doute, répondront les détracteurs du programme Seti. Ceux-là ne croient pas que cette recherche soit pertinente et pensent qu’elle revient à chercher une aiguille dans une montagne de foin, sans savoir si celle-ci existe réellement. Pour d’autres, au contraire, la position de Drake est lucide et courageuse. Pour les promoteurs de Seti, l’enthousiasme initial a fait place au réalisme et à une organisation remarquable.

Depuis 1999, le réseau Seti@home, avec ses huit millions d’abonnés, est de fait le plus gros ordinateur virtuel du monde. Hors la prouesse d’organisation de ce réseau de calcul partagé, ces scientifiques ont su rebondir en rassemblant des fonds privés. De nouveaux instruments sont en cours de construction et la stratégie de recherche s’élargit à de nouvelles longueurs d’onde et aux transmissions lasers. Depuis quinze ans et la découverte d’un bon demi-millier d’exoplanètes, l’idée s’est imposée chez les astronomes que ces astres sont un sous-produit de la formation des étoiles. Et que, par milliards, nombre de ces planètes aient pu connaître des conditions favorables à l’émergence de la vie telle qu’elle est apparue sur Terre. Les premiers termes de la fameuse équation de Drake trouvent maintenant des valeurs…

Il est logique qu’en invoquant le "soupçon" légitime, son inventeur ait hâte de conclure ! A-t-il pour autant raison ? En s’éloignant du protocole initial qui veut qu’un signal ne soit considéré que s’il est répété, Frank Drake prend le risque de franchir une ligne jaune. Celle qui sépare la preuve scientifique de la conviction intime. Mais il remobilise ainsi ses troupes sans choquer les plus sceptiques. "Le scénario le plus probable est qu’un jour, nous captions un signal par hasard, une fuite", nous confie même l’un d’entre eux.
Critiqué et populaire à souhait, le programme Seti n’a pas fini de faire débat. En livrant ici ses soupçons, Frank Drake a bien l’intention de l’agiter.

Alain Cirou

Directeur de la rédaction

======================================================

EXTRAITS DE L’INTERVIEW DE FRANCK DRAKECiel & Espace : Quel bilan tirez-vous des 50 ans de recherches SETI ?

Franck Drake : Je retiens 2 choses : la première, c’est que cette recherche sera très longue. Nous devrons continuer à observer beaucoup, beaucoup d’étoiles et augmenter le nombre de canaux de recherche, que ce soit en radio ou en lumière visible. Cela signifie que nous avons besoin encore de plus de temps de télescope et d’équipements plus performants, donc d’argent pour les construire. La seconde chose, c’est qu’il y a véritablement des signaux, mais qu’ils sont éphémères. Nous les avons observés une fois, jamais deux.  Nous en avons détecté sans pouvoir prouver qu’ils étaient d’origine extraterrestre. Pour les voir à nouveau, il faut regarder la même cible un grand nombre de fois avec des instruments de plus en plus puissants. Car je soupçonne qu’une petite fraction d’entre eux étaient d’origine extraterrestre.

C&E : Voulez-vous dire que parmi les signaux enregistrés, certains pouvaient effectivement avoir été émis par une autre civilisation ?

Franck Drake : Tous les signaux que j’ai captés se sont révélés d’origine terrestre. Mais on m’a parlé de signaux détectés pendant d’autres recherches Seti, dont l’origine n’a pu être déterminée parce qu’ils n’ont pas été observés une seconde fois. Cette idée que certains signaux étaient d’origine extraterrestre est un soupçon d’ordre général.

C&E : Savez-vous quelles étoiles étaient alors pointées par las radiotélescopes ?

Franck Drake : Dans la plupart des cas, peut-être même dans tous les cas, le signal en question a été détecté alors que l’antenne n’était pas tournée vers une étoile en particulier. Très souvent, il y avait plusieurs étoiles dans le faisceau du radiotélescope. Certaines d’entre elles sont optiquement invisibles parce qu’elles sont obscurcies par la poussière interstellaire. Donc nous sommes certains qu’il y avait des étoiles dans le faisceau du télescope, mais nous ne savons rien à leur sujet. Elles ne sont probablement dans aucun catalogue d’étoiles. Pour moi, presque toutes les étoiles, sauf les plus massives, peuvent abriter la vie, dans quelque galaxie que ce soit. Récemment, on a découvert une planète autour d’une étoile en provenance d’une autre galaxie et qui avait été capturée par la nôtre. Bien que cela soit surprenant, cela montre que les planètes existent aussi dans d’autres galaxies.

Source  Ciel et espace

Via Zone Ufo


Les Volcans les plus importants du monde en éruption actuellement

14/01/2011

12 janvier 2011: Volcan Etna, Italie

Camera de surveillance du volcan Etna - 12 Janvier

Le mont Etna était à nouveau en éruption aujourd’hui, avec des coulées de lave et un nuage de cendres au-dessus de son cratère, entraînant la fermeture de l’aéroport de Catane, en Sicile.

L’institut volcanologique de Catane a précisé que l’éruption de deux heures a entraîné une coulée de lave sur le flanc est du volcan. Aucun blessé n’était à déplorer.

Le volcan a également projeté des cendres qui ont provoqué la fermeture de l’aéroport Fontanarossa dans la nuit de mercredi à jeudi et l’annulation ou le déroutage de certaines vols domestiques. Il a été rouvert ce matin. L’Etna est le volcan le plus actif d’Europe, avec la dernière éruption importante en 1992.

12 janvier 2011Volcan : Krakatau, Indonésie, 813 m

L’activité éruptive, explosive, se poursuit sur Anak Krakatau et le VAAC de Darwin (qui maintient le niveau d’alerte aviation Orange) rapporte ce m atin la présence de cendres à 2000 m d’altitude environ. Les habitants des villages côtiers sont soumis depuis déjà quelques semaines aux chutes de cendres à répétition et des problèmes oculaires ont déjà été recensés. Sur le plan technique les cendres causent des dysfonctionnements réguliers aux sismomètres, diminuant ainsi la capacité d’analyse de la situation par les volcanologues. En prévention le gouvernement a fait mettre sur pieds un plan d’évacuation prévoyant de faire évacuer 32 villages côtier, soit l’équivalent d’environ 40 000 personnes. Ce plan est construit sur la base d’une éruption cataclysmale susceptible de produire des tsunamis sur les côtes. Sources: site anglophone ERUPTIONS; La Republika, VAAC de Darwin.www.activolcans.info

 

3 Janvier Volcan Kizimen (Kamchatka)

Le panache du Kizimen vu depuis l'espace en ce 6 janvier 2011 (Avec l'aimable autorisation de la NASA)

 

drapeau francais.jpgAu vu des données sismiques, il apparaît que l’activité volcanique a recommencé à s’accroître le 3 janvier vers 2 heures du matin (TU). De violents séismes et un tremor élevé sont enregistrés. Selon les données satellitaires, l’activité explosive se poursuit avec des panaches de cendre qui s’étirent sur plus de 200 km au SE du volcan. Une forte anomalie thermique persiste sur le volcan. Le niveau d’alerte est Rouge.

Source : KVERT.

Volcan Merapi, Indonésie

La foudre frappe le Merapi en éruption. Vue du village de Ketep à Magelang, province centrale de Java - Indonésie, le 6 Novembre 2010 © Reuters / Beawiharta

Le Mont Merapi, situé dans une zone densément peuplée de l’île de Java, en Indonésie, est rentré en éruption le 26 octobre 2010. C’est un des volcans les plus dangereux de la planète et donc l’un des plus surveillés.
Avec l’aimable autorisation du CNES

 

5 janvier 2011: 4 volcans en Colombie

Quatre volcans de Colombie ont été plaçés à un niveau d’alerte jaune.  Ces volcans sont le Machin, le Galeras, le Huila et le Ruiz.  Les tremblements de terre se sont élevés en nombre au volcan Machin le 31 décembre 2010.  En 4 jours, 367 tremblements tectoniques ont été détectés dans le Sud et le Sud-ouest.

Sources:
http://www.volcanolive.com/

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/

 


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  077 followers

%d bloggers like this: